in

Tanganyika : Les populations fuient les zones en proie à l’insécurité.

Plus de 3 000 personnes déplacées internes ont regagné leurs villages respectifs sur l’axe Kalemie – Kyoko, Territoire de Kalemie (Tanganyika), entre février et mars 2019, après plusieurs mois de déplacement. Ces personnes avaient fui suite à la montée de l’insécurité dans la zone ; leurs habitations ont été incendiées au cours du dernier trimestre de 2018.

Ce mouvement de retour est consécutif à une accalmie observée, depuis fin janvier 2019 dans certains villages. Les mauvaises conditions de vie dans les milieux d’accueil ainsi que les sensibilisations des autorités sur la reddition des milices et groupes armés ont aussi favorisé ce retour.

Ces mouvements de retour sont rapportés sur l’axe Kalemie – Kyoko, en dépit de l’insécurité persistante qui restreint l’espace humanitaire. Depuis le dernier trimestre de l’année 2018, la région Sud, Ouest et Nord de Kalemie restent inaccessibles, notamment sur les axes Kabulo-Muhala-Nyemba, Mwaka-Kabwela, MuhalaLambo Kilela-Kampulu-Mukundi et Tundwa-Bendera-Lambo Katenga. Aucune activité humanitaire n’est en cours, malgré les besoins importants et urgents identifiés lors d’une mission effectuée en février 2019 par quelques acteurs de protection.

Selon les résultats de cette évaluation, environ 80 000 personnes réparties sur ces axes expriment des besoins dans plusieurs secteurs. C’est le cas de l’axe Kalemie – Kabwela où depuis novembre 2018, aucune école ni structure médicale n’est opérationnelle à cause des pillages et vols, des incendies ou encore à cause de l’insécurité. Actuellement, de nombreux villages se sont vidés de leurs populations, craignant pour leur protection ; dans certains cas, des villages entiers sont incendiés.

Dans le sud du Territoire de Nyunzu (Tanganyika), les violences dues au conflit communautaire entre les Twa et les Bantou continuent également à provoquer des déplacements de personnes, craignant pour leur protection. Le dernier incident date du 18 mars 2019 où environ 1 500 personnes ont fui leurs villages, à Kalamba et Kazama, pour se réfugier dans les localités environnantes et vers la cité de Nyunzu.

Par Jeef MBIYA

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Qu'en pensez-vous?

0 points
Upvote Downvote

Written by Charles Ngoie

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

comments

0 comments

Lubumbashi : l’insécurité se porte à merveille

Élection des gouverneurs au Lualaba